Navigation


Le château fort et la forteresse Špilberk

Le château fort a été fondé au XIIIe siècle par le roi tchèque de la dynastie des Prémyslides, Otakar II, en tant que résidence et forteresse pour protéger la ville royale de Brno. Le château fort a vécu son âge d’or à l’époque des margraves de la dynastie des Luxembourg qui régnaient sur toute la Moravie. A partir du XVe siècle, son rôle n’est plus que fonctionnel. Les margraves ont acheté le château fort en 1560 en raison de la signification qu’il manifestait aux yeux des Etats de la Moravie pour le revendre aussitôt à la ville de Brno. Il est resté la propriété de la ville jusqu’en 1621 lorsqu’il a été confisqué à Brno en raison de sa participation contre le soulèvement des Habsbourg, et est ainsi redevenu une possession seigneuriale. Le château fort a notamment fait ses preuves pendant la guerre de trente ans lorsqu’il a résisté en 1645 avec la ville de Brno à l’immense armée suédoise. Ensuite, il a été transformé en la plus puissante forteresse baroque de la Moravie.

En 1783, l’empereur Joseph II a décidé de transformé une partie de la forteresse Špilberk en la pire prison de sa monarchie. Les casemates ont été reconstruites à cette fin, servant jusque-là à stocker du matériel militaire. Après 1809, lorsque l’empereur Napoléon Bonaparte a fait détruire certaines parties importantes de la forteresse, celle-ci a perdu sa vocation militaire d’alors. Toute la forteresse a été transformée en 1820 en grande prison civile. Cette dernière était destinée aux plus grands criminels mais on y emprisonnait aussi parfois des gens qui se battaient pour la liberté et les droits démocratiques de leur nation et de leur pays; ils pouvaient être considérés comme prisonniers politiques. Il s’agissait, déjà au XVIIIe siècle, de prisonniers révolutionnaires français et de leurs partisans de la Hongrie (appelés les Jacobins de Hongrie); dans les années vingt et trente du XIXe siècle, il s’agissait des patriotes italiens (dits les carbonari et les partisans du mouvement La jeune Italie); à la moitié du XIXe, il y a eu des participants polonais à la rébellion de Cracovie.

Lorsque l’empereur François Joseph Ier a supprimé la prison en 1855, la forteresse Špilberk s’est transormée en caserne militaire jusqu’en 1959. Pendant la première guerre mondiale, et au début de l’Occupation nazie, la forteresse a été de nouveau remplie de prisonniers politiques.

Le château fort Špilberk est le siège du musée de la ville de Brno depuis 1960. En 1962, il a été déclaré patrimoine national.

Il y a peu, il a fait l’objet d’une vaste re-construction qui l’a transformé d’une bâtisse délabrée en digne point dominant de la ville de Brno. Les expositions montreront surtout aux visiteurs l’histoire du château fort et de la ville ainsi que les arts plastiques et l’architecture. Une série d’activités culturelles animent la cour du château fort durant les mois d’été.